Localiser avec Google Maps ↓

chargement de la carte - veuillez patienter...

Paris Ouest Séminaires: 49.122422, 1.299133

- Paris Ouest Séminaires

Des projets et des hommes

Fabrice Levesque - La Licorne du Grand Cerf

Découvrez autrement nos maisons avec ce mois-ci l’interview de Fabrice Levesque, propriétaire de La Licorne du Grand Cerf. Il dévoile pour vous les coulisses de son entreprise et de ses projets.

Vous êtes dirigeant de plusieurs entreprises. Pouvez-vous nous présenter votre parcours et vos activités ?
J’ai une formation d’ingénieur agronome. Au départ, mon activité m’a conduit à m’expatrier à l’étranger, en Afrique du Sud. Pendant 2 années, je suis resté à l’ambassade, au sein du service de l’expansion économique, en charge du secteur agroalimentaire et agricole du pays. De retour en France, j’ai créé un cabinet d’expertise contentieux maritime spécialisé en gestion de crise et traitement d’avaries. Notre action est préalable à celle des juristes, et notamment aux cabinets d’avocats qui traitent la partie juridique de ces contentieux commerciaux. Il s’agit d’une activité très évènementielle : du navire Capesize de 300 mètres qui s’échoue dans la Seine au contrôle au chargement et suivi de la traversée du navire chargé de plusieurs milliers de palettes de litchis qui arrive de Madagascar en Europe pour les marchés de fêtes de fin d’année…
C’est une activité qui demande beaucoup de disponibilités dont le seul lien avec le secteur de l’hôtellerie – restauration est l’agroalimentaire !

En parallèle, vous avez créé le groupe hôtelier de Lyons la Forêt. Comment vous êtes vous intéressé à ce secteur ?
Je me suis tout d’abord impliqué dans le monde de l’hôtellerie par passion pour un lieu, pour le village de Lyons la Forêt. Ce village normand fait partie de l’association des plus beaux villages de France ayant la caractéristique d’être à l’épicentre d’une forêt connue pour être l’une plus belles hêtraies d’Europe. Le village a conservé son architecture médiévale et garde une identité très forte. Le côté projet d’entreprise était aussi très intéressant avec ces deux opérations d’hôtellerie, la Licorne et le Grand Cerf. Ce sont deux anciens relais de poste du 17ème siècle. Ces belles maisons étaient plus ou moins à l’abandon. Nous avons donc décidé de restaurer ce patrimoine et de créer un ensemble cohérent autour d’une offre commerciale relativement complète : avec le dernier, trois niveaux d’hôtellerie et trois restaurants à l’échelle de ce village de 800 âmes…

A quelle période avez-vous repris ces établissements ?
J’ai repris le 1er hôtel, le Grand Cerf en 2009. Comme l’établissement ne comportait que 6 chambres, nous avons racheté quelques commerces autour puis le second hôtel, La Licorne qui a été mis en vente pratiquement au même moment. Nous avons rénové ces maisons dans deux esprits très différents. La Licorne a été revisitée avec la maison de décoration Flamant, une prestigieuse signature belge pour un style assez épuré, des couleurs taupes, grises… Le Grand Cerf évoque pour sa part une hôtellerie typique des chalets de montagne avec des couleurs vives, un ton très chaleureux et une large place au matériau du bois ainsi qu’à l’évocation du cerf. Pour ce dernier chantier, les travaux ont été très importants car nous avons tout refait. Nous avons ensuite finalisé le projet avec la création d’un Spa, réalisé avec la marque Nuxe et que nous avons ouvert en 2010. La construction de ce Spa fut accompagnée de la mise en œuvre d’une infrastructure séminaires.
On propose aujourd’hui 25 chambres sur la Licorne et 15 sur le Grand Cerf, auquel s’ajoute un autre hôtel, les Lions de Beauclerc et une formule Maison de la Licorne, représentant ainsi une cinquantaine de chambres au centre du village.

Comment caractérisez-vous votre clientèle ?
Lyons est une destination très parisienne, où l’on retrouve au moins 30% de résidences secondaires. A moins d’1h30 de Paris, on y est totalement dépaysé. On a donc une clientèle issue de la capitale le week-end avec en saison une part importante de clientèle internationale, Benelux, Royaume-Uni, Etats-Unis mais aussi russe et japonaise.
Au côté de cette clientèle loisirs, le marché des entreprises, peu présent au démarrage, est en expansion. Nous avons en effet pris le parti d’ouvrir toute l’année, et non uniquement d’avril à octobre, et avions une problématique d’activité trop faible la semaine. Depuis quelques années, nous nous sommes ouverts sur le marché des séminaires. Ce secteur atteint aujourd’hui le tiers de notre activité alors qu’il ne représentait qu’à peine 10 % de notre CA il y a encore 3 ou 4 ans.

C’est une belle progression. Comment l’expliquez-vous ?
Nous bénéficions déjà d’un bon bouche-à-oreille entre les entreprises. Nous avons aussi une forte attractivité avec notre restaurant étoilé Michelin. C’était l’un des enjeux préliminaires du projet avec le Chef Christophe Poirier car nous nous étions fixés cet objectif. Je dois cependant dire que l’expérience fut d’autant plus grande qu’elle nous conforté dans « la route de l’humilité » quant au nécessaire impératif de constante remise en question …. Nous l’avons obtenue en 2014. Le Chef fut également lauréat du fameux prix Montagné en 2015 et partage avec moi une même passion pour cette région, dont il est originaire. Son talent est bien entendu un atout majeur pour l’établissement et pour la qualité de l’offre aux séminaires. D’autant plus qu’il aime par-dessus tout faire partager sa passion pour celle que le poète Isaac Benserade de Lyons, condisciple de Lully auprès de Louis XIV, résumait si bien dans son poème :

Désir, Plaisir, Douleur,
Je mourrai de trop de désir,
Si je le trouve inexorable ;
Je vous mourrai de trop de plaisir,
Si je la trouve trop favorable ;
Ainsi, je ne saurai guérir,
De la douleur qui me possède ;
Je suis assuré de périr,
Par le mal ou par le remède.

Les entreprises apprécient également le dépaysement qu’elles trouvent ici. Notre site est un peu éloigné de l’Ouest parisien (un peu plus d’une heure) mais largement compensé par le charme du lieu et son caractère envoutant. Les entreprises qui viennent sont généralement ensuite des hôtes très réguliers, presque de la famille.

Quelles sont les clefs du succès de votre travail en réseau avec Paris Ouest Séminaires ?
Nous sommes très complémentaires. Au lieu de nous considérer au milieu d’un marché concurrentiel, nous avons conçu une offre complémentaire de nos maisons. Elles sont toutes très différentes mais elles ont une ligne commune avec un véritable esprit de famille. Les séminaires qui organisent leurs événements chez nous retrouveront dans chacune d’entre elles des valeurs partagées autour de notre métier de terroir de l’hôtellerie de charme, qui font notre spécificité et notre atout par rapport aux grandes chaînes. Nous sommes dans le « sur mesure » et pas dans le standardisé.

Quelles est votre spécificité dans ce monde ultra connecté ?
La déconnexion !